Les pièces maîtresses de ce document sont : 1) les finances publiques domestiques ; 2) les finances privées domestiques et internationales ; 3) les finances publiques internationales ; 4) le commerce ; 5) la technologie, l’innovation et le renforcement des capacités ; 6) la dette souveraine ; et 7) les problèmes systémiques.

La session de rédaction s’est tout particulièrement concentrée sur le rassemblement de propositions pour les principaux résultats escomptés de la réunion d’Addis-Abeba, et elle a porté sur les moyens de rendre le financement du développement plus utile et plus conforme au programme pour l’après-2015. Les participants ont apporté des points de vue généraux quant au document consacré aux éléments, et ils ont émis des suggestions particulières pour chaque élément clé de ce document.

Au cours de la session, les priorités en matière d’égalité des sexes et d’autonomisation des femmes ont été débattues afin de faire en sorte que le document final soit rédigé en termes forts et contienne des recommandations politiques spécifiques pour mettre fin à l’inégalité entre les sexes. ONU Femmes a souligné que pour respecter les engagements envers l’égalité des sexes, le programme pour l’après-2015 aurait besoin d’une mobilisation accrue des ressources domestiques, d’une intensification des engagements en matière d’aide publique au développement, et d’un financement provenant de toutes les sources, dont le secteur privé et des donateurs non traditionnels qui prendront pleinement en considération les droits fondamentaux des femmes. De plus, ONU Femmes a fait remarquer que pour que les ressources financières destinées à l’égalité des sexes soient vraiment à l’origine d’une transformation, il faudrait des efforts de tous les acteurs pour s’attaquer à la fois aux causes structurelles et aux conséquences de l’inégalité entre les sexes, et qu’il était donc capital de créer des partenariats multipartites pour allouer des ressources financières suffisantes, prévisibles et durables à l’égalité des sexes et à l’autonomisation des femmes. La très grande importance que revêt la participation pleine et égale des femmes et des organisations de femmes à la prise de décisions à tous les niveaux a également été soulignée. Un certain nombre de représentants des gouvernements, dont des groupes régionaux, ont réaffirmé leur engagement à renforcer l’égalité des sexes et les droits des femmes et ont formulé des propositions fermes pour l’inclusion des priorités en matière d’égalité des sexes dans le document final.

Sur la base de ces délibérations, la version zéro d’un projet de document final sera préparée pour la fin février afin d’alimenter de nouvelles discussions. Il est prévu que les prochaines sessions de rédaction aient lieu à New York du 13 au 17 avril et du 15 au 19 juin 2015.